N°227 Mars Avril 2021

bandeau rose avis chantier

Les épicéas infestés seront abatEpicéatus et la parcelle reboisée

Sur les hauteurs du site du Moulin du Duc et à l'arrière de la Polyclinique du Trégor, une sapinière à vocation d'exploitation avait été plantée sur une parcelle municipale. Le constat de l'Office National des Forêts est sans appel : 80% des épicéas de la parcelle sont morts sur pied. La faute au scolyte, un insecte mangeur de bois qui a parasité tout le boisement...
« Les coulures blanches qu'on peut observer sur les troncs sont les traces laissées par le parasite : l'infestation est inexorable et on ne peut plus rien faire. Certains arbres sont déjà tombés, la parcelle est dangereuse pour les personnes qui s'y promènent. C'est devenu un vrai château de cartes... », prévient Catherine Carcenac, directrice du service espaces verts et environnement. Seule option pour le service environnement : abattre tous les arbres. Un exploitant est missionné pour couper les arbres et les valoriser en bois de chauffage : le chantier aura lieu en février, sur deux jours. « Le bénéfice de la vente du bois sur pied sera réinvesti pour reboiser la parcelle », précise Catherine Carcenac.
Déjà, les épicéas ayant perdu leurs aiguilles et la lumière perçant à travers la fûtaie, on observe une régénération naturelle de la forêt : la litière laisse apparaître des ronciers, berceaux des jeunes chênes. Ailleurs, ce sont des châtaigniers, des noisetiers, du houx, des hêtres qui cherchent la lumière. « Ces essences s'installent spontanément. Ce sont celles que nous privilégierons pour donner un coup de pouce à la régénération naturelle. » 
Les souches des épicéas resteront sur place, tout comme les branches, qui formeront un humus bénéfique aux jeunes plants. Une surveillance du boisement tous les 2 ou 3 ans permettra de sécuriser sa croissance. « Nous irons vers une gestion forestière d'agrément, avec une diversité d'essences qui améliorera sa résistance aux parasites comme au changement climatique. Aujourd'hui, l'épicéa ne tient plus... », note Catherine Carcenac.
Le talus en contrebas de l'accrobranche est lui aussi planté d'épicéas dont quelques sujets montrent des signes d'infestation par les scolytes. « Mais là l'ampleur est bien moindre. Nous allons faire une sélection, planter des espèces forestières en relais avant de supprimer les épicéas qui auront périclité. » De quoi anticiper pour faire les choses en douceur, en évitant la coupe à blanc.


Eglise de Loguivy : appel aux dons

L’église de Loguivy-Lès-Lannion va faire l’objet d’un important chantier derénovation en vue d’assainir et consolider l’édifice (restauration des charpentes,façades extérieures, vitraux, menuiseries…). Le montant global de l’opérations’élève à 885 000 € TTC, financé à hauteur de 490 000 € (DRAC, Région, Département,état). Pour compléter le plan de financement, la Ville et la Fondation duPatrimoine ont conventionné pour lancer une campagne de souscription publique :chacun pourra soutenir le projet de rénovation en faisant un don (déductible desimpôts) sur www.fondation-patrimoine.org.