N°227 Mars Avril 2021

Au bonheur des grandes surfaces

Impuissance face aux grandes surfaces – L’étalement commercial devrait être derrière nous mais, de fait, la ville reste ceinturée par les surfaces commerciales et leurs parkings bitumés où quelques arbres rabougris survivent comme alibis à des préoccupations écologiques. Nous sommes tous complices de cette situation en voulant nous garer au plus près, en nous déplaçant d’une zone à une autre en empruntant les routes et ponts qu’on s’empresse de nous construire. La majorité ne semble avoir aucun pouvoir pour limiter ces implantations ou/et agrandissements (projet du grand Centre Leclerc), ce bitumage du paysage déguisé par un greenwashing de bon ton. Passage en force en centre-ville - Si la municipalité n’a aucun pouvoir direct pour limiter l’étalement commercial, elle ne doit pas accentuer cet étalement en créant les conditions d’un centre-ville réservé à la flânerie, à un Lannion du dimanche après-midi. La polémique sur le stationnement quai d’Aiguillon est révélatrice : la majorité des commerçants souhaite le maintien du stationnement, peu importe, la ville va imposer sa vision. Vision tronquée par des cabinets hors-sol qui appliquent à Lannion un copier-coller de grandes métropoles. Ce copier-coller bannit la voiture du centre-ville pour y installer un flâneur roi déambulant entre bancs et parterres. Cette illusion arrive même à modifier la météo pour nous faire passer d’un temps sombre et pluvieux à un ensoleillement permanent (voir les dessins dans l’Allée-Verte). 

Jean-Yves Callac, Anne Le Guen
Sous le chêne vert


 

Le vent de la transition souffle…

Si nous n’avions pas voulu engager la ville vers une transition environnementale et sociale, elle se serait imposée à nous. On retiendra de 2020 – hélas – la pandémie mondiale, le confinement de la moitié de l’humanité et les avantages et limites d’un modèle trop globalisé. Ainsi, certains ont redécouvert, par exemple, l’intérêt de la production locale, de pouvoir acheter cette production en proximité et de s’affranchir au maximum des dépendances externes. Faire vivre de tels systèmes en local, c’est promouvoir les circuits-courts sur lesquels on peut toujours compter en cas de crise : cela sous-entend qu’ils doivent bien se porter en des temps « normaux ». C’est pourquoi la ville s’engage dès 2021 à faire progresser sa part d’approvisionnement des cantines municipales en bio/local de 65 à 90 % tous produits  confondus.
Et parce que la transition va au-delà de l’alimentation, nous travaillons sur notre consommation et production d’énergie, l’isolation des bâtiments municipaux, les mobilités actives, la biodiversité dans nos espaces communaux… Et l’accès à la transition au plus grand nombre. Autant de sujets, et bien d’autres, désormais orchestrés par un adjoint à la Transition Écologique qui a une vue transverse de toutes les
activités de la ville. C’était un engagement de notre campagne et pour que cela ne reste pas un voeu pieux, il est désormais épaulé par une chargée de Transition Écologique. Le sujet va donc être animé et suivi
au plan politique et dans sa réalisation au sein des services. Cette transition doit aussi être sociale et c’est pour cela que nous l’anticipons pour inclure le plus grand nombre et éviter la brutalité des crises quand elles surviennent. Si nul ne sait ce que 2021 nous réserve, nous avons pris notre destin en main pour ne pas subir la transition mais l’accompagner et en récolter les fruits.

Meilleurs voeux pour 2021, Bloavezh mat.
Les élues et élus écologistes de la majorité municipale


 

Cette première tribune libre de 2021 est l’occasion de souhaiter au nom des membres de la liste Révélons Lannion les meilleurs voeux aux Lannionnnaises et aux Lannionnnais. Nous souhaitons que vos projets aboutissent, que le bonheur et la joie vous accompagnent au cours de cette année 2021. L’année 2020 a été une année historique. La crise sanitaire a profondément modifié le « cours normal des choses ». Nos comportements individuels et collectifs se sont transformés. Dans le même temps, nous avons mesuré l’importance d’une solidarité nationale forte. C’est l’occasion de remercier les professionnels de santé publics et privés, les professionnels des collectivités territoriales et de l’état. C’est aussi l’occasion de soutenir les artisans, les professionnels de la culture, les entrepreneurs et les salariés qui ont subi terriblement les effets économiques de cette crise. Nous espérons que le respect des gestes barrières et une campagne de vaccination efficace permettront de reprendre une vie sociale riche, indispensable à un bien-être psychologique. 2021 doit être une année bienveillante et apaisée à Lannion. Nous le souhaitons tous.
Malheureusement, les annonces faites par M. Le Maire en ce début d’année augmentent le trouble dans notre belle cité. M. Le Maire et sa majorité doivent écouter les revendications des acteurs économiques, des habitants de Lannion et de ses environs. Un sujet aussi important que l’attractivité de la ville engageant les fonds publics sur plusieurs décennies se doit d’être guidé par le pragmatisme et non le dogmatisme. Nous souhaitons une véritable concertation au-delà de l’intention. Il est possible d’embellir la ville, de promouvoir un aménagement urbain durable tout en favorisant le développement économique.
L’un ne s’oppose pas à l’autre. En espérant que nos voeux soient entendus, je vous souhaite une très belle année 2021.

Bloavezh mad !
Gaël Cornec, pour la liste Révélons Lannion