N°227 Mars Avril 2021

Loin de s'éteindre, la culture a rayonné à Lannion

16 cultureSans vision à moyen ou long terme, il est compliqué de programmer des évènements culturels. Pour autant, pendant ce second confinement, nous avons bénéficié de l’expérience du printemps dernier et la Direction de la vie culturelle s’est rapidement organisée en conséquence », évoque Trefina Kerrain, adjointe à la culture. Certes les évènements ont été annulés, mais le service a su s’adapter et toujours proposer quelque chose au public. « Les règles bougent et il faut alors faire preuve de créativité, comme le démontre la déambulation de la fanfare dans les quartiers, fenêtres ouvertes ! » Il en va aussi de la pérennité des compagnies de spectacles : « Nous avons voulu honorer les contrats déjà engagés, en soutien aux artistes sous le régime de l'intermittence du spectacle. D’autant plus qu’ils sont force de proposition, malgré la complexité des protocoles sanitaires », ajoute l’adjointe.

Improviser

La Compagnie Les Fées Railleuses est de celles-ci : la déambulation en ville pour l’inauguration du village de Noël a été remplacée au pied levé par une mini-websérie de la Brigade Mobile, une enquête en 5 épisodes diffusée sur la page Facebook de la vie culturelle de Lannion. Gros succès ! « Nous sommes des comédiens adeptes de l’improvisation : quand il faut trouver un nouveau spectacle au dernier moment, on s’adapte ! La vidéo est un format Covid-compatible qu’on a beaucoup développé cet hiver », commente Stéphane Dassieu. Pour Céline Valette, son acolyte, « les formes courtes d’improvisation nous permettent aussi de tester des choses, qui pourront ensuite donner un vrai spectacle », dit-elle en évoquant les personnages de Jeanne et Bertrand, couple loufoque en combinaisons de ski, partis de Marseille à vélo jusqu’en Finlande à la recherche du Père Noël. Une ébauche de spectacle testée dans les écoles de Lannion juste avant les vacances de Noël : « Dans les écoles, tant le personnel que les enfants avaient besoin d’un peu d’air frais pour chasser la morosité... Avec le service enfance, nous avons proposé cette animation culturelle dans chaque école, pendant la récré de midi, en libre-service », explique François Cornic, responsable de l’action culturelle. Très réactif, le service action culturelle a réussi à emmener ses évènements vers toutes les catégories de public : dans les crèches, dans les écoles, dans les EHPAD avec les impromptus musicaux, chez les familles avec la fanfare...

« Le monde culturel paye très cher ce contexte sanitaire. Notre action ne se mesure pas facilement, et même si elle n'est pas nécessaire à la survie physique, elle contribue fortement à la survie morale... » Trefina Kerrain, adjointe à la culture

Paroles déconfinéesLe service action culturelle a mené une collecte de témoign-ages sur la crise sanitaire auprès d’usagers de structures à vocation sociale et d’écoliers, collégiens et lycéens de Lannion. C’est ainsi que plus de 360 « paroles » ont été récoltées, toutes consultables sur le site web de la Ville. Ces paroles, dont les contributeurs sont âgés de 4 à 101 ans, forment un panorama intergénérationnel, touchant et poétique des différents ressentis du confinement et illustrent toute la complexité de cette période.

 

17 jeunesseJeunesse et mobilité internationale

Pas toujours facile de voyager quand on est jeune, même si le grand départ nous titille... Travailler à l’étranger ? étudier ? Partir sac au dos au gré des rencontres ? Autant de formes de voyages que de personnalités...

Après son Bac, Maud est partie 3 mois au Costa Rica où elle était volontaire dans une école. « à mon retour, je suis repartie en Bulgarie et Hongrie avec le réseau WorkAway, qui permet de travailler en échange du gîte et du couvert. » Tant la découverte d’autres cultures que le voyage en lui-même ont été formateurs pour elle, qui souhaite aujourd’hui partager cette expérience. « Je suis en service civique au service jeunesse de la Ville, je travaille sur la valorisation de la mobilité internationale des 15-25 ans avec Emna. » Emna arrive de Tunisie où elle a cherché pendant des mois un programme d’échange à l’international. « Je voulais partir avec un cadre sécurisant, travailler pour une mission qui me plairait et en lien avec mes études dans le design et l’image. L’échange avec Lannion dans le cadre du Corps Européen de Solidarité via Erasmus + a été long à mettre en place mais on a réussi ! » Au final, deux profils de voyageuses très différents, qui se complètent pour apporter une information aux jeunes du territoire. Un collectif s’est créé autour du voyage, des témoignages ont été collectés qui reflètent la diversité des mobilités possibles : autant d’informations utiles pour lever les freins et inciter d’autres jeunes à partir.

La Ville de Lannion est sur le point d’être labellisée Relais Europe par le Conseil Départemental. « Cela nous permettra d’organiser des évènements, la fête de l’Europe en mai bien sûr, mais aussi un forum de la mobilité, une présence dans les établissements scolaires pour informer sur les programmes qui existent, etc », s’enthousiasme Charlotte Gueganic, accom-pagnatrice de projets jeunesse à la Ville. « Nous aimerions aussi que les établissements scolaires, les associations, les entre-prises puissent accueillir des jeunes volontaires... Développer les partenariats et coordonner la mobilité des jeunes sur le territoire, c’est ce vers quoi on tend cette année. »

Travailler sur le thème de la mobilité en temps de crise sanitaire n’est pas aisé...

En 2020, 8 000 jeunes européens devaient se retrouver à Strasbourg pour l’évènement EYE (European Youth Event) : ateliers, débats, visites. Une délégation lannionnaise avait prévu de s’y rendre avant que l’annulation ne soit confirmée. Report en 2021 ou 2022 ? La Fête de l’Europe a lieu le 9 mai : l’équipe jeunesse travaille sur un évènement ludique, intéractif et tout public, sans certitude à ce jour qu’il puisse se tenir.


S’engager pour l’écologie

18 ecologieCet atelier, qui réunit agents et élus autour des mêmes questions, va nous permettre d’obtenir différents regards sur le sujet de la transition écologique. » C’est ainsi que Michel Diverchy, adjoint en charge de la transition écologique, a introduit les 5 ateliers menés en janvier. Dans la salle, de grands tableaux avec 11 intitulés : réduire les inégalités, favoriser les alternatives à la voiture individuelle, limiter l’artificialisation des sols... Sous chaque orientation, des post-it roses : « Nous avons déjà indiqué les actions sur lesquelles nous nous sommes engagés dans notre programme électoral et celles sur lesquelles nous avons déjà commencé à travailler. à vous d’ajouter vos idées ! », encourageait Michel Diverchy. Au total, 60 élus et salariés de la ville ont participé à ces réunions, étape de l’étude S-Green lancée par la Ville avec deux bureaux d’études. Ce même exercice sera proposé aux Lannionnais prochainement : « La compilation et la priorisation de ces actions donnera la feuille de route pour la transition écologique à Lannion. Dans toutes les politiques et pour toutes les thématiques, des actions concrètes seront à mettre en œuvre, ce sera notre engagement », souligne Michel Diverchy. Un engagement déjà amorcé avec le recrutement, en novembre, de Cécile Greffion, chargée de mission transition écologique.

Etude financée par la Banque des Territoires dans le cadre du programme Action Cœur de Ville

11 thématiques pour la transition écologique :

  • Réduire les consommations énergétiques dans les secteurs résidentiel et tertiaire
  • Développer les énergies renouvelables
  • Réduire les inégalités
  • Favoriser les alternatives à la voiture individuelle
  • Développer l'autonomie alimentaire du territoire et favoriser les circuits courts
  • Réduire la production de déchets et sensibiliser la population à la consommation zéro-déchet
  • Favoriser l'accès de tous à une alimentation saine et durable et accompagner et sensibiliser la population au "mieux manger"
  • Économiser la ressource en eau et développer la récupération et la rétention de l'eau pluviale sur les espaces publics et privés
  • Encourager et soutenir l'agriculture biologique et préserver les terres agricoles
  • Augmenter la biodiversité sur la commune et gérer les espaces publics durablement
  • Développer et valoriser l’exemplarité des services de la ville

Stationnement gênant : attention danger !

Malgré ses zones bleues et ses espaces de stationnement répartis en ville, Lannion n'échappe pas au stationnement très gênant. « Cela représente une centaine de procès verbaux par an, notamment sur des trottoirs, lignes jaunes ou arrêts de bus », témoigne Jacques Le Goux, responsable de la Police Municipale. Au-delà de l'amende de 135 € encourue et du risque de mise en fourrière, il en va du partage de la ville et de la sécurité de tous. « Une voiture sur une voie cyclable ou sur un trottoir, c'est un cycliste ou un piéton qui se déporte sur la route, au risque de croiser un autre véhicule qui ne l'aurait pas vu », souligne Carine Hue, conseillère déléguée aux mobilités.

Une campagne de communication rappelle les situations et mauvaises pratiques à proscrire, afin que chacun prenne des bonnes habitudes !