Dossier

bandeau mauve dossier

La ville voit grand pour les tout-petits !

Grandir en confiance

Chacun son rythme... Cette maxime pourrait être le crédo du service petite enfance de la Ville de Lannion, qui propose aux parents une offre complète de structures pour l’accueil de leurs jeunes enfants. Que ce soit en accueil individuel ou collectif, que ce soit pour quelques heures ou toutes les semaines, les 53 professionnelles de la petite enfance qui travaillent dans ces structures le font avec bienveillance et dans le respect des rythmes de l’enfant.

La ville voit grand pour les tout-petits !

Confier son enfant n’est pas toujours chose facile. Entre l’accueil collectif ou individuel, le choix peut s’avérer compliqué pour les jeunes parents. « C’est pourquoi la Ville de Lannion peut être fière de proposer une offre d’accueil pour les jeunes enfants très complète et diversifiée, qui correspond aux besoins des familles Lannionnaises », se réjouit Patrice Kervaon, adjoint aux politiques éducatives.
Trois multi-accueils, une halte-garderie, une crèche familiale, un Lieu d’accueil enfants parents (LAEP) composent l’offre municipale, complétée par l’activité indépendante d’environ 160 assistantes maternelles sur le pôle de Lannion, regroupées au sein du Relais parents assistants maternels de Lannion-Trégor Communauté.

Patrice Kervaon poursuit : « Ces structures sont intégrées dans le projet Ville éducatrice de Lannion, avec des politiques éducatives cohérentes de la petite enfance jusqu’à la jeunesse. » Brigitte Cozigou, responsable du service petite enfance, confirme : « Nous sommes dans une démarche d’éducation. Nous accompagnons tous ces enfants dans leur éveil et dans leur développement, avec bienveillance et dans le respect de chacun. C’est une des valeurs fortes de notre projet pédagogique. » Ce socle de valeurs communes à toutes les structures s’articule autour du respect des rythmes de l’enfant (rythme de sommeil, d’alimentation, de développement psychomoteur...), mais aussi de la communication verbale, de la sécurité affective. « Ce sont des choses qui coulent de source, mais nous devons les verbaliser et les faire vivre dans les structures », souligne Sonya Nicolas, conseillère déléguée à la petite enfance, un nouveau poste créé en ce début de mandat. « La petite enfance, qui est aussi un outil au service de l’égalité des chances entre tous les enfants, c’est une unicité d’équipe et une multiplicité de partenaires, avec la
CAF en premier lieu, d’où l’importance d’avoir un élu dédié à cette politique. » Pour l’instant, Sonya Nicolas s’imprègne du sujet et découvre les structures : « J’ai été enthousiasmée de constater, entre autres, que tout est mis en oeuvre pour que le personnel s’épanouisse : mobilier fabriqué sur mesure, locaux bien entretenus, talents individuels valorisés... »

Cette offre complète est le résultat d’une volonté politique forte : en 2019, le reste à charge pour la Ville était de 5 500 € par place d’accueil, soit 715 000 €. « C’est un investissement conséquent, mais si on veut laisser le choix de l’accueil collectif ou individuel aux familles, il faut se donner les moyens d’avoir des structures collectives », insiste Patrice Kervaon, qui a oeuvré pour l’ouverture du multi-accueil Ti Babigoù, en 2010, dans le parc Sainte-Anne. Pour cette année, pas de projet de cette envergure, mais des choses à poursuivre dans chacune des structures : potager, sensibilisation au breton, échanges inter-générationnels, conférences et cafés-parents... 

Les chiffres de la petite enfance à Lannion
6 structures complémentaires
130 places d’accueil disponibles
289 enfants accueillis en 2019
53 professionnelles
1,8 million d’euros de budget de fonctionnement en 2019,financés à 45% par la CAF, 38% par la Ville, 14% par les familles et 3% par la Mutualité Sociale Agricole

11 tout petitsLe LAEP, un lieu d’accueil bienveillant

C’est une petite pièce cosy dans les locaux de Ti Babigoù, dans le parc Sainte-Anne : des tapis pour les bébés, des jeux pour les jeunes enfants, une petite cuisine pour faire du thé ou du café pour les parents et des grandes fenêtres qui laissent entrer le soleil. Ici, c’est le LAEP « à petits pas ». Traduisez Lieu d’ Accueil Enfants Parents.

Ce jeudi matin, il y a émilie, 2 ans, venue avec sa maman en congé parental, Ethan, 2 ans et demi, accompagné par son grand-père et Ewen, 1 anet demi, avec sa maman, elle aussi en congé parental. « C’est un lieu ouvert aux parents, aux grands-parents et aux enfants, pour prendre un temps ensemble. On n’a pas besoin de s’inscrire pour venir, c’est gratuit et anonyme. On y voit des parents qui arrivent dans la région, d’autres qui ne travaillent pas ce jour-là ou qui travaillent en horaires décalés... Il y a une grande mixité sociale », explique Brigitte Cozigou,responsable du LAEP.

Ce matin-là, c’est le grand-père qui proposera un café à tout le monde. Chacun s’approprie le lieu, et peu à peu on évoque ses incertitudes, ses difficultés, ses réussites : c’est l’échange avec les autres parents et les professionnels présents ce jour-là qui nourrit la réflexion, sans jugement mais dans le respectet l’écoute bienveillante. « C’est aussi un lieu de prévention. Nous travaillons avec plusieurs partenaires professionnels : CAF, PMI, MDPH*... Au total, 12 professionnels accueillent à tour de rôle les parents et leurs enfants. C’est ce qui fait la richesse du lieu », poursuit Brigitte Cozigou.

Le LAEP est ouvert les mardis et jeudis matins, et les parents en redemandent :« Si c’était ouvert plus souvent, je viendrais davantage ! C’est toujours très enrichissant pour mon petit-fils ! ». Pour la maman d’Ewen, petit dernier de la famille, cet espace permet aussi de structurer la journée et rompre l’isolement qui peut facilements’installer quand on est en congé parental. C’est aussi le lieu idéal pour commencer la séparation avant un départ pour la crèche

!* Caisse d’allocations familiales, Protection maternelle et infantile, Maison départementale des personnes handicapées

Pratique : LAEP ouvert le mardi et le jeudi de 9h à 12h hors vacances scolaires,pour les enfants jusqu’à 3 ans accompagnés d’un proche et les futurs parents.
Tel : 02 96 46 78 22.

Laissons-leur le temps
Le jeudi 19 novembre, le service petite enfance et l’association Pikler Loczy proposent une conférence pour les parents et les professionnels, animée par Diana Zumstein,psychologue : Laissons-leur letemps : temps de l’enfant, temps del’adulte, temps pour l’enfance.
Le 20novembre, la psychologue poursuivra avec une journée pédagogique pour les professionnels de la petite enfance autour du jeu libre.

12 creches ces dontainesA la crèche des Fontaines, on s’ouvre sur le monde

Installé en 1979 au coeur du quartier des Fontaines,dans un bâtiment HLM, le multi-accueil passe presque inaperçu. Pourtant, quand on passe la porte, c’est un havre de lumière et de bonne humeur qui nous accueille : à travers les grandes baies de l’extension construite en 1993,le soleil et le jardin entrent dans la vaste pièce colorée où une dizaine d’enfants jouent sous l’oeil attentif d’ Aline et Stéphanie. « Le jardin clos et intimiste est le vrai atout de cette crèche : un grand tilleul pour faire de l’ombre, des pelouses accessibles, des cachettes... », commence Gwenaëlle Marzin, toute nouvelle directrice de la structure, qui prend le relais d’ Anouck Le Jeune. Dans la salle, des planches illustrées à partir d’un album jeunesse sont suspendues : c’est Agnès,qui aime dessiner et lire des histoires, qui est à l’origine de ce travail. « Chacun apporte ce qui lui plait. Aux Fontaines, Agnès s’est lancée dans ce projet, qui est devenu un rituel »,explique Anouck Lejeune. Chaque saison, l’accent est mis sur un album : il est raconté à la crèche, les grands dessins servent de support, et le livre peut être emporté à la maison par les enfants qui le souhaitent. « C’est l’enfant qui présente au parent ce qu’il fait à la crèche, le livre fait le lien entre ici et la maison. »

13 creches ces dontainesLa lecture n’est qu’un des nombreux projets de la structure : le petit potager a été mis en place avec la Régie de Quartiers,qui a accompagné l’équipe dans la durée. Fin juin, les enfants se régalaient avec les fraises ! En parallèle, la Régie a aussi installé un jardin au foyer Paul Hernot : « En tant que voisins, nous organisons régulièrement des moments avec les résidents de l’EHPAD, autour du jardin, de la pâtisserie oude la musique », poursuit Gwenaëlle. Bien d’autres initiatives voient le jour aux Fontaines, très souvent tournées vers l’art, la culture et l’environnement.

Le multi-accueil propose 20 places en simultané, cela concerne une quarantaine de familles. « Nous avons une grande mixité sociale, économique et culturelle. C’est ce qui fait la richesse de cette crèche de quartier. Certaines familles,plus fragiles, restent parfois peu de temps, mais nous réussissons à trouver une certaine stabilité et à dépasser, avec elles,les difficultés qui se présentent », analyse Anouck. Depuis 2019, un travail avec la PMI a permis de mettre en place, aux Fontaines, des Projets d’ Accueil Contractualisés (PAC). Il s’agit de proposer à certaines familles un accueil en collectivité, qui corresponde à leurs besoins particuliers : « Parfois, on fait face à un problème de transports, de régularité dans l’accueil de l’enfant, d’apprentissage du français ou de socialisation en douceur. Le principe de co-éducation permet de se fixer des objectifs, qui doivent être tenus tant par la structure que par la famille. Le PAC, c’est un engagement mutuel, un temps pour faire connaissance et se dire les choses, avant de basculer sur un accueil plus classique », explique Anouck. « Même en collectif, l’accueil reste individualisé », conclut Gwenaëlle.

Pratique : Crèche des Fontaines, rue E. Seyes, bâtiment N, dulundi au vendredi de 7h30 à 18h30. Tel : 02 96 48 70 47 

“ Assistante maternelle, c’est une vocation ”

14 assistante maternelle

La crèche familiale est un dispositif qui allie accueil individuel et collectif : 12 assistantes maternelles,salariées par la Ville de Lannion, accueillent à leur domicile en moyenne 3 enfants. Une matinée par semaine, elles se retrouvent à 4 pour un temps collectif dans des locaux dédiés, Les P’tits Malins, à Ker Uhel.

Ce jour-là, les enfants font des bulles de savon pendant que leurs assistantes maternelles échangent tout en veillant sur eux. Ils sont confiants et sereins. « Les règles et la pédagogie que nous mettons en place pendant ces matinées sont les mêmes que les enfants retrouvent chez leur assistante maternelle : la liberté de mouvement tout en étant accompagné, la verbalisation de ce que l’on fait, le respect des autres... », souligne Caroline Desroches, responsable de la crèche familiale.« Les avantages de la crèche familiale sont multiples, tant pour nous que pour les parents », analyse Claude, assistante maternelle. « Pour l’enfant, c’est le cocon familial avec la mini-collectivité et l’ouverture sur l’extérieur. Pour nous, c’est le bénéfice de formations, la sécurité d’un salaire, le travail en équipe. » Stéphanie confirme : « La crèche familiale apporte une vraie professionnalisation de notre métier et une reconnaissance.» Et Laurence de poursuivre : « Sans compter qu’entre nous et les parents, il n’est question que de l’enfant. Les volets financiers et administratifs sont gérés par Caroline. Cela permet une relation plus sereine, vraiment centrée sur l’enfant. » On pourrait lister encore d’autres points forts : horaires étendus et flexibles, relais pendant les congés, ouverture de l’enfant vers d’autres adultes... « Malgré ça, la crèche familiale reste assez méconnue, avec seulement 30% des inscriptions spontanées par rapport aux crèches collectives », remarque Caroline, qui n’hésite pas à rencontrer les jeunes parents au moment de leur choix d’un mode d’accueil. Le mot de la fin reviendra à Claude :« Notre métier, c’est une vocation avant tout. Et l’exercer dans ces conditions, c’est l’idéal ! »

Contact : accueil petite enfance au 02 96 48 70 47
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

15 ecole en vacancesTi Loutig : l’accueil à la carte

3 questions à Caroline Desroches, éducatrice de jeunes enfants, responsable de Ti Loutig et des P’tits Malins

Qu’est-ce qu’une halte-garderie ?
C’est un lieu d’accueil des jeunes enfants, de 10 semaines à 6 ans en périscolaire. Son fonctionnement, assez souple, diffère de celui d’un multi-accueil : on y vient pour quelques heuresou plusieurs fois par semaine, le temps d’un rendez-vous ou le temps d’obtenir une place en crèche... On s’adapte aux situations des familles.

Ces situations peuvent être très variées ?
Oui, à la halte, on trouve une multitude de cas particuliers ! On accueille une vingtaine d’enfants par jour : certains, gardés à la maison, se sociabilisent ici en côtoyant d’autres enfants, d’autres viennent se familiariser avec le français avant l’entrée à l’école, par exemple. Parfois, on est là en « roue de secours », le temps d’un imprévu... La halte est un vrai soutien pour les familles,qui ont parfois besoin d’être accompagnées. C’est un service indispensable.

15 ti loutig 2Comment se passe la journée à la halte ?
La particularité, c’est que la structure ferme le midi, les parents doivent donc reprendre leurs enfants, sauf le jeudi où nous proposons un repas. Nous avons la chance d’avoir un grand jardin et une salle dédiée aux activités manuelles et artistiques. Notre rôle, c’est d’assurer la sécurité affective de l’enfant. Cela passe par le jeu, les comptines, la lecture, la motricité libre...

Pratique : Ti Loutig, 99 rue de l’Aérodrome – 02 96 48 00 11.
Ouvert de 8h30 à 12h15 et de 13h30 à 18h du lundi au vendredi (sauf le jeudi 8h30-18h).

Le RPAM : 160 assistantes maternelles indépendantesLe RPAM :

Le Relais parents assistants maternels est un service gratuit tant à destinationdes parents que des assistants maternels. Géré par Lannion-TrégorCommunauté, le RPAM du pôle de Lannion (qui regroupe Lannion, Ploubezre,Ploulec’h et Rospez), accompagne 160 assistantes maternelles agréées dans l’exercice et la reconnaissance de leur profession (statut, formation, droits...).Pour les familles, c’est un lieu ressource pour la recherche d’un moded’accueil, pour l’emploi d’une assistante maternelle... Le RPAM propose aussi des espaces-jeux, moments de sociabilisation pour les enfants et d’échange pour les parents et les assistantes maternelles.
Contact RPAM Lannion : 06 77 38 49 67 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.