N°225 Novembre Décembre 2020

bandeau mauve dossier

06 dossier leguerPlein d'idées autour du Léguer

Le schéma de référence Lannion 2030 donne les axes d’un centre-ville fort, vivant, commercial, habité et apaisé.
En 2021, plusieurs études d’aménagement se concrétisent : les travaux de l’Allée Verte débutent, les propositions d’aménagement sur les Rives du Léguer et à Nod Huel sont posées, l’étude sur l’attractivité de la gare entre en phase de concertation… Cet ensemble coordonné et cohérent donnera, à terme, un centre-ville attractif pour Lannion et pour le Trégor.

Quatre études pour une ville attractive

Le Léguer est un trait d'union qui traverse la ville de Lannion de part en part. En amont, les paysages bocagers dominent, le Léguer serpente entre bois et prairies. En aval, il s'ouvre en un large estuaire vers la mer, la verte campagne a laissé la place aux landes et falaises. Entre les deux, il y a la ville, ses quais, son centre historique. Trait  d'union paysager, le fleuve est aussi l'axe central de quatre études d'urbanisme coordonnées. Il y a la plus emblématique, celle sur l'aménagement des Rives du Léguer, qui englobe le fleuve du Moulin du Duc à l'estuaire, avec un point central sur les quais. Il y a celles sur la requalification de Nod Huel et de l'Allée Verte, dont les orientations ont été détaillées dans le numéro précédent du magazine municipal. Il y a enfin l'étude pour une meilleure visibilité de la Gare, lancée conjointement par la Ville et Lannion-Trégor Communauté fin 2020. « Toutes ces études émanent du schéma de référence Lannion 2030, défini en 2017.

Ce schéma envisage le Lannion de demain, redonnant une place centrale au Léguer dans la ville », rappelle Françoise Le Men, adjointe à l'urbanisme.
Paul Le Bihan, le maire, ajoute : « Ces projets sont certes concentrés sur le centre-ville, mais c'est par ricochet la ville-centre de tous les Trégorrois que nous voulons revitaliser. »
Si chaque étude est conduite par un bureau d'étude différent et s'exprime sur son propre périmètre, toutes sont corrélées les unes aux autres. « Mener une seule étude sur un périmètre global aurait demandé beaucoup trop de temps et de travail. C'est pourquoi, sur le périmètre unique qu'est le Léguer et le centre-ville, on a choisi de mener plusieurs focus en parallèle », explique Françoise Le Men. Pour coordonner tout cela, des temps de mise en commun ont lieu régulièrement : le plan de circulation envisagé sur les rives du Léguer aura un impact sur l'Allée Verte, tout comme l'aménagement d'un vaste parking à Nod Huel peut laisser envisager la mutation du parking d’Aiguillon en place d’Aiguillon... L'impact de la construction du pont aval par Lannion-Trégor Communauté est aussi pris en compte dans chacune des études.
« L'autre point commun entre ces projets, c'est la concertation.
A chaque étape, nous informons la population, et la concertation est plus ou moins poussée selon la marge de manoeuvre sur chaque projet », poursuit l'adjointe. Pour Nod Huel, par exemple, cette marge est limitée par les contraintes (pollution, submersion). Pour les Rives du Léguer, par contre, de multiples rencontres ont eu lieu début 2020, un atelier a réuni 40 personnes aux Ursulines en octobre, et la concertation se poursuit via un film de présentation diffusé sur le site internet de la ville. Chacun est invité à réagir, proposer une alternative ou une idée. « Un formulaire est accessible sur le site internet de la ville, où tout un chacun peut donner son avis sur les projets d'urbanisme en cours.

Pour nous, ce sont des points d'alerte : on se rend compte où ça coince, sur quel point il faut expliquer davantage... »
Les 4 études en cours n'en sont pas toutes au même état d'avancement, mais l'objectif reste qu'à mi-mandat, tout soit sur les rails. Les travaux s'étaleront sur plusieurs années selon le Plan Pluriannuel d'Investissement. « Ils engendreront des désagréments, parfois des désaccords, mais la municipalité est et restera à l’écoute de chacun », soutient Françoise Le Men.3

 

08 dossier leguerNod Huel

Le projet d'aménagement est à la fois économique (entreprises et commerces y sont installés), environnemental (pollution du site, gestion des risques d'inondation) et circulatoire (création d'un vaste parking). Les orientations d'aménagement tiennent compte du futur pont aval, elles prévoient :
• une entrée de ville par Morlaix plus marquée et plus agréable,
• des espaces de stationnement, des espaces verts, des espaces commerciaux,
• une ouverture sur le parc Sainte-Anne,
• une liaison douce du parc Sainte-Anne jusqu'à Loguivy-Lès-Lannion, en lien avec l'étude Rives du Léguer qui prolongerait la liaison douce quai Foch jusqu'au pont de Kermaria.

« Cette continuité douce de l'allée des soupirs jusqu'à Loguivy est une intention d’aménager, objet de concertation. Il faudra vérifier sa faisabilité par des simulations de trafic, mais cela peut être envisagé » propose Françoise le Men.
Le parking de Nod Huel est déjà utilisé les jours de marché ou de fête foraine : les usages confirmeront son utilité. Aujourd’hui, le projet est toujours en phase d’esquisses.
Détail des propositions sur lannion.bzh/nodhuel 

La Gare

Cette étude, menée par le cabinet A3 Paysages, vient de débuter. Elle est commanditée par la Ville et LTC. Plusieurs objectifs sont visés :
• améliorer la visibilité de la gare et son utilisation, favorisant par là-même l'accessibilité du territoire
• créer une gare multi-modale (train, bus, vélo...)
• travailler sur le parvis de la gare et le mail pour ouvrir les perspectives et intégrer la gare dans le centre-ville.

Pour cela, des pistes de réflexion sont lancées. LTC se concentre sur l'aspect multi-modal (les liaisons bus, la desserte de la gare et le parvis ouvert sur la ville), et Lannion sur la route de Ploubezre avec une piste cyclable et la connexion avec l'allée des soupirs et les rives du Léguer, en retravaillant le mail François Mitterand, les berges du Min Ran et le parkingde Caërphilly (lien avec l'étude Rives du Léguer).

La concertation est en cours : visites sur site, micro-trottoirs... L'avant-projet pour ce périmètre devrait être prêt en avril 2021, pour une consultation des entreprises en septembre et une préparation du chantier en 2022.


Allée Verte

Après plusieurs tests de circulation, les travaux débuteront mi-février. Le chantier obligera à quelques changements de sens de circulation à proximité : la rue Taillandier sera en sens montant, et la
navette du centre-ville passera par la place du Général Leclerc.


10 dossier leguerLes Rives du Léguer

Rappelons d'abord les enjeux définis dans le schéma de référence Lannion 2030 autour des rives du Léguer :
• renouer avec le fleuve et l'identité de la ville
• relier les berges et valoriser le front bâti commercial et patrimonial
• révéler les portes d'entrée du centre historique
• créer des espaces publics de qualité, lieux de rencontre et de centralité.

Deux périmètres ont été distingués : l'amont et l'aval, sur lesquels des aménagements de moindre envergure sont proposés pour rouvrir la vue sur le Léguer, favoriser les continuité douces, améliorer le paysage. Un point central autour des quais au centre-ville propose des intentions d'aménagement plus fortes et plus conséquentes.
Tour d'horizon des principales propositions émises par le cabinet d'étude Phytolab :

Au Moulin du Duc, révéler la présence de l'eau

• Ouvrir la vue sur la rivière et permettre aux promeneurs d'accéder à l'eau.
• à proximité de la piste de BMX, la végétalisation de l'espace par des plantations le rendra plus intégré dans le paysage et asurera la continuité avec le bocage.
• Favoriser le cheminement doux, accessible aux personnes à mobilité réduite, à partir de la Polyclinique du Trégor jusqu'au Moulin du Duc et embrasser la vue sur le Léguer et la Base Sports Nature.
• Jusqu'à la passerelle du camping, élargir l'emprise du chemin pour que la circulation des piétons et des cycles soit plus confortable, ouvrir des perspectives sur la rivière avec des belvédères et végétaliser les talus.

Boulevard Louis Guilloux, rendre l'espace plus intime

• Planter des arbres pour masquer la circulation toute proche.
• Réaliser une estacade pour accéder à l'eau. 

Allée du Palais de Justice, améliorer le cheminement

• Rétrécir la chaussée pour apaiser la circulation, en lien avec les travaux de l’école de Musique.
• Déplacer le mobilier urbain sur la berge pour rendre la promenade plus facile.

Parking de Caëphilly, le lien avec la gare

• De la gare, ouvrir la perspective sur le Léguer en réaménageant la partie du parking entre le mail François Mitterand et le Léguer, ce qui facilitera la liaison douce gare-centre-ville.
• Reprofiler les berges du Min Ran pour en faire une plage verte.

Quai d'Aiguillon, créer un espace de rencontre

C'est sur les quais que se concentrent les propositions d'aménagement les plus conséquentes. Le parking pourrait laisser place à une vaste esplanade, lieu de rencontre et d'animation, zone de promenade et de flânerie sur les estacades au bord de l'eau. « Toutes les manifestations se passent ici, il nous faut un espace à usage multiple qui permette de les maintenir et de les améliorer », souligne Françoise Le Men. Le marché s'y installera de façon confortable, en lien avec la promenade le long du Léguer d'un côté et les commerces de l'autre. Les questions relatives au sens de circulation sur le quai d’Aiguillon, à l’emplacement des places de stationnement à proximité des commerces et à la création d’une piste cyclable restent en réflexion et en concertation.
L'îlot de la Poste, ou quai planté, deviendrait une zone de détente, de pique-nique. Une aire de jeux prendrait place sur le boulingrin (espace vert permettant l’infiltration des eaux de pluie), et une serre polyvalente pourrait accueillir diverses activités (guinguette, producteurs, animations…). Le stationnement sur le parking de Günzburg restera en place.

Pont de Viarmes, mise en scène du Léguer

• Réduire l'emprise de la voie circulante pour laisser une voie aux piétons et cycles et créer un belvédère sur la rivière.

Quai Joffre, apaiser la circulation

• Elargir le trottoir pour rejoindre plus facilement et agréablement le quai de la Corderie, sans toucher au stationnement longitudinal.

Quai de la Corderie, retrouver la vue sur le Léguer

• Repositionner le stationnement en retrait pour que piétons et cycles puissent être en contact direct avec l'eau.
• Mettre en valeur les façades sur le quai en effaçant les réseaux aériens.

Chemin de halage, une zone de circulation douce

• Marquer l'entrée de cette zone à dominante piétonne.
• Réflexion sur l’ouverture de cette zone aux vélos de promenade.
• Créer des belvédères, poser des aménagements légers.

Quai à sable de Loguivy, créer un espace d'animation

• Revégétaliser cette zone très artificialisée pour accueillir des animations.
• Rejoindre le bourg de Loguivy et le GR par un chemin piéton sur le coteau boisé, en rouvrant les chemins existants.
• Evacuer les eaux pluviales, qui rendent le cheminement boueux, par une noue.

Port-Névez et Beg Hent, conserver la vue sur le Léguer

• Mettre en retrait le stationnement, le stockage des annexes et les aménagements portuaires.
• Mettre en valeur les chemins qui rejoignent d'une part le port du Beg Hent et d'autre part la pointe de Servel.


Stationnement : des interrogations légitimes

Depuis la diffusion du film de présentation du projet en vue d'une concertation avec la population, les interrogations et inquiétudes liées au stationnement sont nombreuses et légitimes. La proposition de déplacer le stationnement du quai d'Aiguillon le long des commerces et vers Nod Huel n'est pas irréfléchie. Elle s'appuie sur deux études menées en 2018 qui concluaient à une couverture suffisante en places de parking sur le centre-ville. La nouvelle organisation de roulement des zones bleues a encore amélioré la répartition du stationnement dans la ville. « Un centre-ville avec moins de voitures, où les visiteurs peuvent à la fois se promener agréablement tout en faisant leurs courses, sera forcément bénéfique aux commerçants », appuie Paul Le Bihan.
Sur le parking de Caërphilly, la réorganisation proposée ne supprime aucune place de stationnement : elle permet de déplacer certaines places pour aménager les berges du Min Ran et la place du marché du dimanche.


Concertation

Toutes ces intentions d'aménagement sont détaillées dans un film de 20 min visionnable sur www.lannion.bzh/quais. Jusqu'à fin février, chacun est invité à faire part de son ressenti, de ses idées, de ses remarques sur le projet, via le formulaire disponible sur cette page.
Pour être informé des concertations en cours, s'inscrire à la newsletter Lannion 2030 sur www.lannion.bzh/cadre-de-vie/projets-urbains