Arrêt sur images

bandeau vert

concertation lannionConcertation autour des Rives du Léguer

Le 12 octobre, l’équipe de maîtrise d’oeuvre qui planche sur des propositions d’aménagement des Rives du Léguer depuis janvier 2020 a mené un atelier de concertation avec la population. Sans élus municipaux dans la salle, les 40 participants étaient invités à réagir sur les pistes d’aménagements qui leur ont été présentées. Si l’étude porte sur un périmètre étendu du Moulin du Duc jusqu’à l’estuaire, l’atelier de concertation s’est concentré sur le centre-ville. Plusieurs thématiques se sont révélées communes aux différents groupes de travail,notamment l’enjeu du développement des mobilités douces et la transformation du schéma de circulation, qui pourrait être déplacé sur la rive droite en double sens au niveau des quais, tout comme l’intérêt de transformer le quai d’Aiguillonen lieu de rencontre.


travaux pen ar ruIls s'investissent pour leur quartier

Juste avant la Toussaint, Jason et deux autres jeunes ont revêtu les vêtements de travail et empoigné rouleaux et pinceaux pour trois jours de travail. Au programme : peinture des caves d’un immeuble de Pen ar Ru. Ce chantier éducatif, à l’image de ceux menés à Ker Uhel et Ar Santé-Les Fontaines, est mis en place par Côtes d’Armor Habitat. « Une exonération de 30 % sur laTaxe foncière nous permet de financer des actions pour les habitants des quartiers : organiser un temps fort autour du sport ou de l’environnement, une projection de film en plein-air, financer la vidéosurveillance dans les halls d’entréeou louer un château gonflable pour animer le vide-grenier d’Ar Santé… », explique Alexandra Kerdudo, responsable de l'agence locale de Côtes d'Armor Habitat. En 2020, 25 000 € sont consacrés à ces chantiers éducatifs, menés en partenariat avec l’association Beauvallon. Les éducateurs repèrent des jeunes de 18 à 25 ans, déscolarisés. Ils sont embauchés pour une semaine via Inter’ess, structure d’insertion professionnelle, pour réaliser des travaux dans leur quartier : peinture, rénovation de la loge du gardien, etc .Depuis 5 ans, cela concerne une trentaine de jeunes paran. « L’idée forte, c’est que quand les jeunes s’investissent pour embellir leur quartier, il y a moins de dégradations », explique Julien Colombard, gardien d’immeuble à Ar Santé. Claude briant, éducateur de Beauvallon (en retraite aujourd'hui), poursuit : « C’est gagnant pour tout le monde : les jeunes font leur premier apprentissage du monde professionnel, on est là aussi pour leur donner le goût du travail. » Et cerise sur le gâteau : certains jeunes, repérés par les entreprises partenaires, décrochent parfois un contrat à la clé !


ecole bsnUne école à la Base Sports Nature

A près une très belle saison estivale (face à l’afflux de particuliers, le nombre de stages proposés a plus que doublé !), la Base Sports Nature poursuit sa lancée : depuis septembre, elle accueille 25 enfants chaque mercredi, sur 2 créneaux réservés à l’école de sports. « C’est un succès ! Ce sont souvent des enfants qu’on voit sur les stages courts : l’école de sport permet d’approfondir chaque activité », se réjouit Gildas Miossec, responsable de la Base Sports Nature. La première période était consacrée à la course d’orientation, les jeunes sportifs poursuivront dès le déconfinement avec le tir à l’arc, leVTT, l'escalade et les activités nautiques.


rencontre ecoleLes 6e à la mairie

Cinq classes de 6e ont découvert la mairie et les fonctions du conseil municipal avec le maire ou ses adjoints. Éric Robert, premier adjoint, a reçu une des classes : « à votre avis, que faut-il pour être élu ? » Réponse unanime : « Des votes ! » Et l’adjoint de répondre en souriant : « Oui, mais il faut aussi aimer les gens et les valeurs républicaines. C’est comme être délégué de classe… qui est délégué parmi vous ? » S’en est suivi un échange riche, tout en spontanéité.