Une journée avec ...

bandeau jaune une journee avec

… Un midi à l’école de Keriaden

Il y a Nelly, coordonnatrice de l’école. Et puis Julie, Chloé et Sophie, animatrices. Fabienne et Brigitte, agents de restauration et d’entretien. Et encore Pascale (à mi-temps avec Anne-Marie), Maëlyss et Kenza, ATSEM*.
Toutes sont salariées de la Ville, chacune a son métier, mais c’est toutes ensemble qu’elles veillent au bon déroulement du temps de restauration à l’école maternelle Keriaden et au bien-être des 55 enfants qui y mangent chaque jour. Quand les plats tout chauds arrivent de la cuisine centrale, vers 11h20, les tables sont déjà dressées dans les deux réfectoires. « Nous vérifions les températures, les quantités, lavons les fruits... », explique Brigitte avant de se mettre à table à 11h30 : elles mangent avant l’arrivée des élèves. Dès 12h, la danse se met en place, chacune sait ce qu’elle a à faire : aujourd’hui, tandis que Brigitte est dans le réfectoire des petits avec deux ATSEM, Fabienne sert les moyens avec une animatrice et une ATSEM. Deux autres animatrices sont sur la cour avec les grands, qui mangeront au troisième service. à la cantine, on ne sait plus qui est agent de restauration, ATSEM ou animatrice : elles travaillent de concert, coupant la viande, servant les enfants ou rattachant une mèche qui s’échappe d’une queue de cheval. Il faut aussi, parfois, aider les petits à manger. « Avant le Covid, les enfants se servaient eux-mêmes dans un plat commun sur la table : cela participait à leur autonomie, apprendre le partage et se servir seulement ce dont on a besoin. Notre rôle est aussi pédagogique sur ces temps collectifs », souligne Nelly.

Au dessert, l’orange sera trop difficile à manger si elle n’est pas épluchée. « Nous les bichonnons, ces petits ! », sourit Fabienne derrière son masque. Pendant qu’elle s’occupera du service des grands avec deux animatrices, Brigitte commencera la vaisselle en cuisine. La configuration de l’école et le nombre d’élèves déterminent les moyens humains affectés à chaque école. Au total, 36 agents de restauration et d’entretien travaillent dans les écoles de la ville, répartis en équipes de 1 à 4 personnes.

Les plus petits ont leur propre réfectoire, le temps du repas est calme. Brigitte, au service des frites, a un mot gentil pour chacun d’entre eux !« Ce service a été créé il y a plus de 6 ans. équilibrer et ajuster les équipes a demandé un peu de temps. Les agents doivent sans cesse s’adapter aux réformes et maintenant aux protocoles sanitaires. Mais plus les équipes s’entendent, moins les difficultés ont de l’emprise sur le fonctionnement », les félicite Stéven Besco, responsable du service restauration – entretien.

Pendant que les ATSEM ont accompagné leurs petits à la sieste, que les animatrices sont sur la cour, Fabienne et Brigitte nettoient la cuisine et les réfectoires.
Ensuite, elles s’occuperont de l’entretien des parties communes de l’école (dortoirs, sanitaires, bibliothèque…), qu’il faut nettoyer chaque jour.
*ATSEM : agent territorial spécialisé des écoles maternelles

« L’équipe, c’est la clé du travail ici. On a chacune notre métier, mais on travaille toutes ensemble pour le bien-être des enfants. »
Nelly Guérin, coordonnatrice